Ce n’est un secret pour personne : pour faire fonctionner une entreprise, il lui faut de la publicité ! Et pour réaliser de la publicité efficace, il y a des étapes à suivre afin de produire des visuels de communication qui fonctionnent.

Mais de nos jours, nous voyons de la publicité PARTOUT, il faut donc pouvoir se démarquer en mettant toutes les chances de votre côté !

Je partage donc avec vous quelques astuces pour donner à vos créations de bonnes bases et assurer leur impact ! 😉

1. LA HIERARCHIE DES INFORMATIONS

Comme dans tous bons visuels, il vous faut déterminer les informations importantes que vous voulez mettre en avant.

Pour cela vous pouvez vous poser les questions suivantes :

  • Quel est le but de mon visuel ?
  • De quoi/de qui je vais parler ?
  • Où sera vu mon visuel ? Et dans quelles circonstances ?
  • Quel ton, quelle ambiance mon visuel doit-il avoir ?
  • Quel charte graphique je dois respecter ?

2. LA REGLE DES TIERS

Mais qu’est-ce que c’est ? Et bien c’est tout simplement le fait de diviser une image, qu’elle soit verticale ou horizontale, en 9 parts égales, avec 2 lignes horizontales et 2 lignes verticales, que l’on nomme les « lignes de tiers ». Les éléments que vous voulez mettre en avant devront se trouver le long de ces lignes, ou de leurs intersections, que l’on appelle les « points forts ».

Cette règle est LA règle d’or en photographie. Si elle est respectée, elle permet d’apporter l’équilibre nécessaire à un bon visuel de communication !

3. LE SENS DE LECTURE DES VISUELS

Il faut savoir que nos yeux se comportent d’une certaine façon lorsque nous lisons une image (évidemment cela peut varier suivant les pays, car par exemple en occident nous lisons de gauche à droite, et de haut en bas, ce qui n’est pas le cas partout), alors en plus d’appliquer la règle des tiers, il faut prendre en compte ce sens de lecture.

Il y a 3 étapes dans cette lecture :

  • La lecture en Z, c’est-à-dire que notre regard a tendance à se poser d’abord dans le coin supérieur gauche d’une affiche, pour ensuite aller vers le coin supérieur droit, descendre vers le coin inférieur gauche, et finir vers le coin inférieur droit. C’est d’ailleurs à cet endroit que l’on retrouve le plus souvent le logo de la marque.
  • Il faut également savoir que nos yeux ont tendance à bouger dans le sens des aiguilles d’une montre
  • Mais aussi qu’ils ont s’attardent généralement dans le coin supérieur gauche d’une image.

4. LA TYPOGRAPHIE

Comme je l’avais évoqué dans mon article sur les conseils pour créer son logo, le choix de la typographie est très important et il ne faut surtout pas en faire trop !

Il faut se limiter à 2 ou 3 polices maximum, et qu’elles soient lisibles de « loin » (suivant le support de communication que vous choisissez, le loin d’un flyer, n’est pas le même que le loin d’une affiche en 4×3 dans la rue) car le plus important reste le MESSAGE. Il serait dommage que le « lecteur » ne comprenne pas le message de votre visuel à cause d’une typographie trop compliquée.

Il faut savoir qu’il y a 2 grandes familles dans les typographies : les « sérif » ou avec empattements (qui sont les pointes présentes dans les caractères), et les « sans sérif », ou sans empattement

Suivant les polices de caractères, vous pouvez amener un côté masculin, ou encore un côté plutôt artistique, ou même fantaisiste. Un choix énorme s’offre à vous de ce côté-là en fonction du message que vous voulez faire passer.

Cependant, chaque caractéristique amène un certain côté à votre message :

  • Le gras représente une idée de force, de solidité
  • L’italique amène un certain dynamisme, du mouvement
  • Le caractère fin, ou maigre apporte lui ce côté féminin, qui est particulièrement efficace pour exprimer la délicatesse ou la distinction

Attention encore une fois à ne pas en faire TROP. Il est déconseillé de mettre en italique un texte en continu, qui ralentira la lecture des yeux de vos « lecteurs » dû au mouvement créé. Même chose pour les lettres capitales, un problème de mouvement se fera vite ressentir rendant la lecture désagréable et créant un inconfort visuel. Et enfin, il faut également faire attention aux interlignes qui ne doivent être ni trop serrés, ni trop espacés.

5. L’ALIGNEMENT

Les deux alignements les plus utilisés sont :

  • L’alignement en drapeau à gauche

L’avantage d’utiliser cet alignement est tout d’abord l’espace égale retrouvé entre les mots, le fait qu’ils ne se retrouvent pas coupés pour passer à la ligne ou encore un aspect de densité homogène. Mais attention, car du coup, vos lignes se retrouveront inégales !

Il est avantageux de l’utiliser pour des textes courts, des textes en retrait ou encore des sous-titres.

 

  • Et l’alignement justifié (ou en alinéa)

Cet alignement vous donnera un aspect visuel qui permettra une bonne visibilité de votre texte, mais également des lignes de tailles égales.

Attention cependant, car les espaces entre les mots seront variables et que ceux-ci peuvent se retrouver coupés au milieu.

À utiliser pour des textes et des articles longs, ou encore des lettres.

6. LES COULEURS UTILISEES

Comme expliqué dans mon article sur la signification et l’utilisation des couleurs en marketing, celle-ci est toute aussi, voire plus importante, que les autres étapes. On peut très bien adapter le concept de « less is more » (le moins, le mieux) dans une bonne communication visuelle.

Il ne faut surtout pas charger votre création avec des éléments colorés inutiles. Le but étant en principe de reprendre les couleurs présentes dans votre/vos identité(s) visuelle(s) déjà existante(s) (logo, site internet, etc…). Il faut évidemment que le tout garde un côté harmonieux, pour une lecture plaisante et efficace.

7. CONSERVEZ VOTRE CHARTE GRAPHIQUE

Pour poursuivre dans l’idée de la typographie, des couleurs et votre identité visuelle, il est indispensable de respecter votre charte graphique ! C’est tout simplement la BASE d’une bonne communication, et en principe, de VOTRE communication.

Elle vous permet de véhiculer les valeurs de votre entreprise au travers de votre image. Les éléments graphiques qui la composent doivent toujours être utilisés, sans exception, pour vous permettre de rester cohérent en permanence sur l’ensemble de vos supports de communication.

Bien entendu, vous n’êtes pas forcé d’utiliser à chaque fois l’ensemble de votre charte graphique, mais changer certains éléments peut entrainer une confusion dans le message véhiculé auprès de vos clients actuels et de vos futurs clients.

8. PENSEZ AUX ZONES DE REPOS ! 

Les zones de repos sont tout simplement les zones de blanc qui permettent à nos yeux de se reposer pendant la lecture d’un visuel, afin de pouvoir recevoir comme il faut l’information qui va suivre.

Des mises en page simples et claires attireront davantage notre attention plutôt que des mises en page surchargées, que ce soit en couleurs ou en texte.

Ces mises en page dites aérées, permettent de mettre en valeur diverses choses dans vos visuels, comme les textes, les titres, les images, pour résumer, les informations importantes ! Elles facilitent également la lecture de ces dernières.

Pensez aussi à dégager les espaces autour des logos, ou des signatures graphiques afin de mieux les mettre en valeur.

En appliquant toutes ces astuces, vous pouvez débuter la première ébauche de votre visuel. Un bon axe de réflexion vous fera gagner du temps, et vous permettra d’imaginer le résultat que vous souhaitez obtenir. La réalisation, en elle-même, demande certaines connaissances en impression (qualité du papier et épaisseur, finitions, profils colorimétriques, textures et aspects etc.) et en publication numérique. 

Vous avez des questions, suggestions, ou besoin d’aide pour créer vos supports de communication ?

Passionné d’audiovisuel, Graphiste et Webmaster auto-ditacte, je créé depuis plusieurs années des supports de communication numérique et physique pour les professionnels.

CONTACTEZ-MOI
SUIVEZ-MOI